Gérard Collomb : "Je veux faire rentrer l'état de paix dans le droit commun"

C'est au cours d'une opération de sauvetage exceptionnelle à Calais, que nous avons pu interviewer la nouvelle mascotte des migrants : notre vénéré Ministre de l'intérieur Gérard Collomb. Il a accepté de s'interrompre quelques instants entre deux ravitaillements d'eau et de nourriture, qu'il gère lui-même en parfaite coordination avec les ONG sur place.

Je suis un être humain. Et à ce titre, il me paraissait invraisemblable de laisser mourir de soif ou de faim un migrant : c'est pourquoi j'ai ordonné à toutes mes brigades de CRS de venir à l'aide de ces pauvres gens. Assurer la logistique et faciliter le travail des ONG est de mon devoir : qui oserait empêcher cette "assistance à personne en danger" à part un homme dénué de tout sens moral ?

De belles paroles pour ce "socialiste" déjà connu pour ses engagements très favorables au mariage gay (à condition que les deux personnes soient de sexes opposés).
Alors que nous nous inquiétions de révélations concernant la prolongation de l'état d'urgence dans le droit commun, monsieur le Ministre a tenu à nous rassurer :

C'est l'état de paix que je souhaite rendre permanent !
En faisant une analyse fine des conséquences de l'état d'urgence, mesure d'exception qui est une réponse à une situation extraordinaire, nous nous sommes rendus compte que le prolonger indéfiniment ne servait à rien d'autre que de restreindre des libertés individuelles. Certes, cela a été très pratique pour assigner à résidence des éléments perturbateurs tels que des manifestants écolos rebaptisés en "terroristes de circonstance" mais l'efficacité n'en a été que très relative. A moins de mettre un policier derrière chaque citoyen, ce qui n'est pas souhaitable, difficile d'arrêter un électron libre radicalisé.

Il nous est apparus, dans un éclair de lucidité, que c'était plutôt l'idéologie dévastatrice qu'il fallait combattre et qu'en privilégiant des ressources humaines dans le renseignement nous serions bien plus performants. En somme faire de la prévention plutôt que de l'ultra-sécuritaire.

Il est vrai qu'en terme de présence sur le terrain, on peut compter sur son assiduité légendaire au Sénat qui lui a valu la reconnaissance de ses pairs et ce malgré une indemnité misérable plafonnée à 4000€. Qui plus est, cet homme facétieux est loin d'être dénué d'un grand sens de l'humour : il se raconte même qu'il n'a pas son pareil, à part peut être dans les soirées "blagues de comptoir" animées par François Fillon (ce bout-en-train lui aussi...).

Ce soir je pense que je vais m'auto-perquisitionner, vu que je ne retrouve plus les clés de ma berline, ce sera bien pratique. J'ai un ami préfet qui me délivrera l'autorisation, autant en profiter maintenant qu'on a plus besoin de ces juges qui ralentissent toutes nos récréations !
Tiens, je vais peut-être même m'auto-assigner à résidence pour faire gonfler les chiffres. Je devrais suggérer ça à tous mes collègues députés et ministres à peine arrivé(e)s et qui traînent déjà leurs casseroles en paradant comme des coqs de basse-cour.

On reconnait bien là ce justicier des temps modernes, toujours prêt à mettre en avant la loi de moralisation. Surtout pour les autres...

A propos de lefiragot 40 Articles
L'auteur de cet article n'assume aucun de ses propos. C'est donc dans un souci d'anonymat paranoïaque que le Firagot prend la responsabilité de le publier malgré les foudres des oligarques détenteurs de 90% des médias. Cessez de gober : mâchez bien, recrachez si besoin. Indispensable pour votre intellect et l'intérêt général.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*