Insurrection chez LREM : "¡ VIVA LA REVOLUCIÓN !"

LREM Révolution

Ce sont des enragés. Les français ont élu des fous furieux, intenables et totalement ingérables : les députés LREM sont l'incarnation d'un cataclysme sans précédent dans l'hémicycle !

Non seulement ils ont envahi l'Assemblée Nationale en arborant des cravates provocatrices (au mépris de tout code vestimentaire respectant le peuple qui n'en porte pas pour la grande majorité) mais ils se sont immédiatement fait remarquer pour avoir déposé un nombre astronomique d'amendements concernant la révision du Code du Travail.

Un député LREM, souhaitant témoigner à visage masqué pour garder l'anonymat par peur de représailles, nous en parle :

Nous ne pouvions plus rester dans notre mutisme condescendant. Notre déplacement massif au Congrès de Versailles ne prouvant que notre obéissance aveugle, nous avons décidé dans un mouvement de révolte de déposer 2 amendements pour corriger les articles prévus. Ces fautes de ponctuation étaient intolérables !

En effet, d'après nos informations, l'un des amendements ciblait une virgule mal positionnée ce qui constituait une faute de syntaxe dramatique. C'était 18 millions de travailleurs qui allaient être impactés par cette erreur, tout républicain dans l'âme se devait de réagir. C'est donc aux cris, il est vrai assez discrets, de "Révolution !" que les députés LREM ont vivement perturbé la séance de la commission.
Les députés de la France Insoumise avec leurs 132 amendements, Adrien Quatennens en tête, pouvaient aller se rhabiller. Ce que Brigitte Bourguignon n'a pas manqué de faire en se foutant ouvertement de sa fiole par un "Évidemment..." goguenard d'un mépris dantesque...

Au détour d'un couloir, nous croisons le journaliste politique Guillaume Meurice (il adore qu'on l'appelle comme ça...). Exceptionnellement autorisé à récupérer les anecdotes croustillantes de ces députés LREM : partisans de leur renouveau politique qui ne cessent d'étonner par leur libre arbitre et leurs coups de gueule à la tribune. Guillaume a les larmes aux yeux de bonheur :

Je suis comme un obsédé sexuel perdu dans un harem. Je vais de l'un à l'autre sans avoir à forcer mon talent, ils sont encore plus dociles et écervelés que des sympathisants du FN (quand ils n'en récupèrent pas les thèses...). J'enregistre en continue leurs diatribes révérencieuses et faussement réactionnaires, c'est du pain béni : j'ai de quoi faire une dizaine de chroniques !

Guillaume MeuriceGuillaume Meurice : Un chroniqueur déprimant qui porte la cravate

Il est vrai que pour cette population majoritaire de lobbyistes et de CSP+, faire de la lèche ne les dépayse guère. L'infirmerie de l'Assemblée serait débordée par une épidémie d'hémorroïdes buccales dont l'origine reste évidente bien que peu relayée dans les médias.

Hémorroïdes buccales

Nous ne pouvions terminer cet article sulfureux sans évoquer la triste dégradation de l'état de santé de François de Rugy.
Récemment élu Président de l'Assemblée Nationale, grâce notamment à sa probité sans faille, le titulaire actuel semble souffrir d'un trouble de la mémoire à court terme. Non seulement il a réussi à oublier son engagement de soutenir Benoît Hamon à l'issue de la primaire dite "de gauche" (la blague fait encore son petit effet) mais cette fois-ci il a omis de laisser un temps suffisant pour le vote de la prolongation de l'état d'urgence :

3, 2, 1... Trop tard ! Levez-les mains à ma gauche ! Bande de tricheurs qui demandent du temps de réflexion...
De quoi ? Comment ça trop rapide ? Mais c'est l'objectif même de notre système : aller le plus vite possible pour éviter tout mouvement de contestation !
Et puis, ça n'est pas comme si cette prolongation avait une quelconque importance. Vu que Gérard se charge déjà du dossier pour que ces mesures liberticides deviennent la norme. Sacré Gérard, quel taquin !

Cette dernière phrase nous rassure car il se pourrait bien que ce problème de mémoire tienne plutôt du syndrome de "mémoire sélective". Fameux syndrome dont la résurgence s'annonce prolifique dans les mois qui viennent, notamment chez de nombreux électeurs qui ne se souviendront plus avoir voté pour Macron et sa horde sauvage de députés LREM.
A l'examen de la situation sereine et les mesures prises pour l'intérêt général du MEDEF, la seule inconnue reste donc à savoir à quel moment les rats vont-ils quitter le navire...

A propos de lefiragot 40 Articles
L'auteur de cet article n'assume aucun de ses propos. C'est donc dans un souci d'anonymat paranoïaque que le Firagot prend la responsabilité de le publier malgré les foudres des oligarques détenteurs de 90% des médias. Cessez de gober : mâchez bien, recrachez si besoin. Indispensable pour votre intellect et l'intérêt général.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*