Yacht de Bernard Arnault : "Je m'suis garé comme une merde !"

Yacht Bernard Arnault

Bernard ArnaultLe magnifique yacht de Bernard Arnault, le Cacophony, a enfin trouvé un port de mouillage qui accepte de l’accueillir. Mais cela n'a pas été sans effort car il a fallu un régiment entier de plongeurs de la Marine Nationale pour guider le milliardaire, passablement éméché, jusqu'à son nouvel emplacement réservé. Il faut dire qu'avec ses 10,15 mètres, le bâtiment colossal a de quoi fouetter les sardines jusqu'à la nageoire anale.

C'est donc sur le port de La-Thune-sur-Mer, bucolique bourgade bourgeoise, que nous avons retrouvé l'illustre magnat. Bernard Arnault, dit "Bernie la Magouille", titubait comme s'il était au milieu d'une tempête en haute mer bien qu'il ait déjà débarqué depuis cinq bonnes minutes. Nous tentons de l'approcher pour l'interroger sur les raisons de son déplacement :

Gné ?
Qu'est-ce qui m'veut le scribouillard ? J'suis pas vraiment en état de vous répondre là tout de suite. J'ai la marée haute qui me chatouille la glotte et les dents du fond qui baignent...

François Ruffin chemise

Nous nous reculons par mesure de sécurité et nous patientons le temps qu'il digère. Il s'avance alors vers nous l’œil vitreux et la chemise débraillée comme aux plus beaux jours de François Ruffin, son meilleur ami qui a tourné Merci Patron ! à sa gloire :

Pourquoi je débarque ici ? Y m'voulait plus à Nice, y m'voulait plus à Monaco, y m'voulait plus à Saint-Trop'... J'suis le nomade méditerranéen, le romanichel de la Côte d'Azur : un SPF (Sans Port Fixe, NDLR) en pleine errance. C'est qu'il faut se le cogner le créneau avec ce rafiot gigantesque ! S'y avait pas les plongeurs démineurs de la Marine, je m'serais déjà encastré dans l'hôtel Martinez à Cannes. Ça tombe bien, l'amiral est un pote et c'est pas moi qui paye, c'est le contribuable !
Bon là faut avouer tout de même, je m'suis garé comme une merde !

Comme nous préférons avoir les informations vérifiées à la source, pour éviter les déboires de BFMTV et Le Figaro, nous retentons une approche en abordant le chapitre des médias :

Sur les 400 millions d'aides de l'État reversées à la presse écrite, je m'en gave déjà plus d'une douzaine avec Aujourd'hui en France, Les Échos et Le Parisien. Pas que je gagne un kopeck au final, remarquez !
J'vais vous dire comment marche l'embrouille. La feinte, c'est pas de faire du flouze avec ces médias : faut vraiment être une grosse quiche de première pour penser ça...
Ce que j'achète, les loulous, c'est de l'abrutissement des masses : des recettes à faire de la bouillie de matière grise. Quand j'écris que Méluche est un bolcho chaviste qui va détruire l'Europe, les gueux l'avalent comme une bigote tète une hostie jusqu'à la moelle. Quand le populo s'extasie devant Bri-Bri qui va donner le blaze du bébé panda, il est plus en état de se rendre compte qu'on lui passe le Code du Travail au broyeur. Capice ?

D'un vague signe de la main, il consent à nous admettre sur le pont de son splendide vaisseau, à peine entaché de rouille pour le coté pittoresque. Ici, comme ailleurs, tout lui appartient. C'est ainsi qu'il débouche devant nous un magnum de Moët & Champomy (le M de LVMH) et parfume son fier esquif avec le parfum J'abhorre de Dior.

Champomy

Nous le relançons sur le chapitre politique. A propos d'Emmanuel Macron, vous avez dit que son programme était "raisonnable et courageux" :

J'ai dit ça moi ? J'devais en tenir une bonne...
Non, en fait ce que j'lui ait baragouiné c'était un truc du genre : "Dis-moi, Manu Gueule d'Amour, si t'as besoin de pèze pour lancer une OPA sur la France avec ta start-up d'ovins lobotomisés, j'ai de la ressource. Ça te dirait un sponsoring avec retour sur investissement ? Genre tu me bousilles l'ISF pour m'éviter d'être un expat' chez les rois de la frite, ce serait top ma couille !

Tout le monde connait la suite...

Et comme tout journaliste qui se respecte, nous conclurons donc sur une information de sa page Wikipédia :

Le 4 mars 2014 Bernard Arnault reçoit le prix David Rockefeller décerné par le Musée d'art moderne de New York (Museum of Modern Art), qui honore « une personne du monde des affaires, qui est un exemple de générosité éclairée et de promotion des efforts en matière de culture et de civisme ».

En y repensant bien, c'est exactement le ressenti que nous avons eu. Vraiment...

A propos de lefiragot 32 Articles
L'auteur de cet article n'assume aucun de ses propos. C'est donc dans un souci d'anonymat paranoïaque que le Firagot prend la responsabilité de le publier malgré les foudres des oligarques détenteurs de 90% des médias. Cessez de gober : mâchez bien, recrachez si besoin. Indispensable pour votre intellect et l'intérêt général.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*