Démocrature, J'écris ton nom.

Macron 1984

Alors que nous approchons de la première année de règne de notre bon roy Macron, lui qui a déjà tant fait pour le peuple, nous ne résistons pas à vous communiquer ce magnifique poème à la gloire de sa politique. Cette œuvre d'un député, servile et dévoué apôtre de l'extrême-centre, ne sera pas signée pour éviter toutes représailles par ces cloportes de grévistes. Toujours prompts à vilipender le gouvernement dès qu'on touche à leurs misérables acquis sociaux : triste refus de cette modernité capitaliste pourtant synonyme de bonheur...

Démocrature

Sur mes cahiers de député
Sur mon pupitre lustré
Sur les cendres et les larmes
J’écris ton nom

Sur ces belles ordonnances imposées
Sur tous mes pieux renoncements
Sur mon obéissance encouragée et appréciée
J’écris ton nom

Sur l'interdiction de voter
Sur les propositions de loi d'un autre groupe
Sur l'opposition huée et moquée
J’écris ton nom

Sur la réduction du nombre de députés
Sur celui des amendements plafonné
Sur la concentration du pouvoir glorifié
J’écris ton nom

Sur le Code du Travail expurgé
Sur les ruines du CHSCT
Sur le siège éjectable du CDI de projet
J’écris ton nom

Sur la flexibilité des licenciements
Sur les saines largesses accordées au patronat
Sur le testament du principe de faveur aux salariés
J’écris ton nom

Sur la merveilleuse suppression de l'ISF
Sur l'indispensable augmentation de la CSG
Sur la réduction mesquine des APL
J'écris ton nom

Sur notre européanisme zélé
Sur le dumping social et fiscal inchangé
Sur notre feinte des travailleurs détachés
J'écris ton nom

Sur notre silence face aux Paradise Papers
Sur notre tolérance tacite face à l'évasion fiscale
Sur notre absence innocente contre la fraude fiscale
J'écris ton nom

Sur notre soutien inconditionnel à la chasse à courre
Sur notre ouverture féroce de la chasse au chômeur
Sur notre volonté vengeresse d'une chasse aux assistés
J'écris ton nom

Sur notre alimentation finement empoisonnée
Sur nos contrôles et contrôleurs diminués
Sur notre santé fragilisée
J'écris ton nom

Sur la maltraitance camouflée des migrants
Sur l'incitation au flicage dans les refuges
Sur l'état d'urgence liberticide dans le droit commun
J’écris ton nom

Sur le front des SDF morts de froid
Sur leur responsabilité de ne pas rejoindre un foyer
Sur la promesse de les sauver d'ici la fin de l'année
J’écris ton nom

Sur le personnel des pénitenciers ignorés
Sur l'égalité femme homme enterrée
Sur la précarisation de la justice
J'écris ton nom

Sur la persistance de la solution nucléaire
Sur l'écologie suggérée et en même temps bafouée
Sur le divin productivisme exacerbé
J’écris ton nom

Sur la sélection sauvage pour l'université
Sur le favoritisme aux classes aisées
Sur l'aggravation des inégalités scolaires
J’écris ton nom

Sur le démantèlement du service public
Sur l'épuisement des services de santé
Sur les brutalités délivrées à nos aînés
J'écris ton nom

Sur la bosse des cheminots privilégiés
Sur celle des emplois aidés, balayés
Sur les fonctionnaires enfin condamnés
J'écris ton nom

Sur la Bible de l'oligarchisme sanctifié
Sur les actionnaires dignement récompensés
Sur les abandons volontaires privatisés
J'écris ton nom

Sur l'assistance obséquieuse des grands médias
Sur la naïveté du peuple grossièrement manipulé
Sur l'autel de la résignation victorieuse
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un vote
Je renonce à ma conscience
Je suis né pour t'appliquer
Pour te nommer

Démocrature.

A propos de lefiragot 37 Articles
L'auteur de cet article n'assume aucun de ses propos. C'est donc dans un souci d'anonymat paranoïaque que le Firagot prend la responsabilité de le publier malgré les foudres des oligarques détenteurs de 90% des médias. Cessez de gober : mâchez bien, recrachez si besoin. Indispensable pour votre intellect et l'intérêt général.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*